Raid Equateur 2017

raid-equateur
Arrivée de la dernière étape

Pour la troisième fois, le Raid organisé par Gérard Verdenet (Raid Indochine), a fait escale en Equateur. Depuis 2013, Gérard parcourt le monde en organisant des raids avec 5 étapes de 20-25km environ. En effet, le Laos, le Vietnam, le Tanzanie (dernière édition en 2016), l’Equateur et la Colombie (dès 2018), ont été traversés par ses coureurs et marcheurs en quête de découvrir un pays d’une manière différente.
L’édition 2017 du Raid Equateur s’est donc terminé le 22 septembre après 12 jours en Equateur dont 5 jours de courses.

 

Présentation de la course

Le concept des raids, organisés par Raid Indochine, est universel à toutes les destinations. En effet, 12 jours sur place, quelques jours nécessaires pour s’adapter aux conditions climatiques, et puis viennent les 5 jours de courses. Cela varie entre 100km et 125km de distance totale lors de ces raids.

Les deux marches d’acclimatations se sont déroulées à la lagune de Cuicocha (région d’Otavalo) et sur le volcan Fuya Fuya (4 263m):

Pour la 3ème édition, les étapes du Raid Equateur étaient repartis ainsi:

  • Deux jours de courses dans le nord du pays dans la région d’Otavalo/Ibarra, au sein de la communauté San Clemente.
  • Une étape dans le parc Cotopaxi qui est le plus haut volcan actif du monde (5 800m)
  • Deux étapes dans la forêt amazonienne, dans la région de Tena.

1 ère étape

Une mise en jambe difficile avec 25 km au programme, mais surtout 750m de dénivelé positif majoritairement repartis sur la seconde partie de la course. Une arrivée dans la communauté Nueva America où bières et repas chauds attendaient les concurrents. La pluie, invitée surprise pour la fin de la course, n’a pas réussi à ébranler la bonne humeur des coureurs et marcheurs.

2 ème étape

La seconde journée de course, avec les courbatures de la veille, promettait une étape compliquée pour les coureurs et marcheurs. Cette étape faisait 22 km avec 1000m de dénivelé positif, mais c’est surtout la montée brute de 4km avec 750m de dénivelé que redoutaient les concurrents. Une étape passant d’abord par les villages avoisinant la communauté de San Clemente, puis finissant par un chemin en pleine nature, seul au monde, avec la vue sur le volcan Cayambe (5 790m). L’arrivée s’est effectué avec les familles de San Clemente attendant les concurrents avec leurs plateaux repas.

3 ème étape

Changement de décors pour cette troisième étape avec une course de 24 km au coeur du parc Cotopaxi. La vraie difficulté de ce parcours ne fut pas le dénivelé, seulement 250 de D+, mais bien l’altitude à laquelle les concurrents devaient évoluer. Les coureurs et marcheurs sont montés jusqu’à 3 900m. Une vraie difficulté quand on sait que le mauvais climat de la journée est venu s’ajouter à cette altitude. En effet, la brume, et surtout le vent sont venus accompagner les participants. Un décors lunaire, voir apocalyptique on permis de rendre cette étape fabuleuse et mystique.

4 ème étape

Première étape dans la région de Tena en forêt amazonienne secondaire. Les coureurs ont pu troquer leur coupe vent contre casquette, débardeur et crème solaire. Après 3 km de piste, venait 6 km de montée avec 700m de dénivelé positif dans la forêt amazonienne. L’étape s’est terminée par de la descente sur piste, endurcis par le soleil très présent jour là. Une arrivée au lodge agréable avec sa piscine pour s’y reposer.

5 ème étape

Pour la dernière étape, encore plus de forêt pour encore plus de plaisir. Une course de 17 km avec ni plus ni moins 12 km de forêt amazonienne. L’arrivée spectaculaire sur un pont au dessus d’une rivière bleue turquoise offre une belle manière de clôturer ces 5 jours d’étapes où les organismes ont souffert.

Au total ce sont 105 km de course repartis entre ces 5 étapes. Une variété de paysages, d’altitudes et de climats. L’Equateur étant le pays idéal pour passer de l’altitude de la cordillère des Andes, à la chaleur humide de l’Amazonie.

Points forts du séjour en photo

Lagune Cuicocha.

Ascension du volcan Fuya Fuya.

Rencontres et nuits avec la communauté de San Clemente. Une manière de vivre différente de ce que l’on peut trouver dans les villes équatoriennes.

Le parc Cotopaxi, une des plus belles réserve naturelle d’Equateur (et du monde) avec ses paysages lunaires, à près de 4 000m d’altitude.

L’hacienda où nous avons séjourné proche du parc Cotopaxi, Los Mortiños.

La forêt amazonienne, dans la région de Tena, des paysages spectaculaire, totalement différents de ce que les coureurs ont pu découvrir dans les Andes.

 

L’humanitaire

Parce que Gérard, organisateur de ce Raid, tient que ses « courses » soient aussi un moment de rencontres et de partages, des actions humanitaires sont développés tout au long de ce séjour en Equateur mais aussi dans les autres pays que traverse ce raid.

Communauté San Clemente

La rencontre de la communauté de San Clemente avec notamment le « chef » de la communauté Manuel. Un partage qui apportera une expérience de vie pour les habitants de la communauté mais aussi aux coureurs. Un don de fournitures scolaire à été effectué au sein de l’école de la communauté.

Manuel à été un renfort précieux pour les deux premières étapes autour de la communauté.

L’Amazonie avec le village de El Capricho

L’autre moment humanitaire de ce Raid 2017 fut en Amazonie. L’école du village nous a accueilli avec un spectacle préparé par les élèves. Une étape importante du Raid Equateur puisque un don de fourniture scolaire a aussi été effectué afin d’aider cette institution. Un moment fort en émotion et en partage avant la dernière étape de ce Raid.

Un homme sans qui le parcours en Amazonie n’aurait pas été possible, Higinio, qui nous a été d’une très grande aide. En effet, il a préparé le parcours en Amazonie à la machette afin de dégager un chemin pour les coureurs et marcheurs. Mais Higinio c’est aussi un coureur (un des meilleurs du pays) et un entraineur de course à pied pour les jeunes de son village. C’est à son association que le Raid Equateur et les concurrents ont fait un don de baskets de course à pieds. Des paires qui serviront aux jeunes coureurs, et leurs permettront de s’entrainer dans de bonnes conditions plutôt que de tomber dans la drogue ou l’alcool, ce qui peut être fréquent dans ces régions plus reculées.

 

Résultats

Je voulais avant tout féliciter tout les coureurs et marcheurs pour avoir terminé ce Raid 2017. La bonne humeur constante à été un vrai plus pour ce Raid Equateur.

Féminin: 1ère – Corinne (à gauche) / 2ème – Émeline (à droite) / 3ème – Valérie (au centre)

Masculin: 1er – Sylvain (au centre) / 2ème – Florian (à gauche) / 3ème – Jean-michel (à droite)

Pour les marcheurs, leur parcours n’était pas chronométré mais tout le monde à terminé le parcours intégralement. Un grand bravo à eux !!!

Remerciements

Toute l’équipe d’ITK voyage Equateur tient à remercier tout les membres du staff en commençant par Gérard, qui est l’organisateur et créateur de ces belles aventures autour de monde. C’est un plaisir de travailler avec lui à chaque fois. Merci.

Les courses seraient bien évidemment impossible à gérer sans les deux pisteurs, Marc Perrier et Patrick Roblin. Ils ont fait un très gros travail tout au long de ces 5 étapes. Leurs expériences a été nécessaire pour l’organisation et le marquage des courses.

Puisque le Raid reste une course, et qu’il faut bien évidemment un classement, Françoise Verdenet, la femme de Gérard, à effectué un travail parfait au chronométrage. Son sourire sur la ligne d’arrivée était la récompense après plusieurs heures d’efforts.

La Raid Equateur est un effort physique, difficile et exigeant, le médecin Didier et l’infirmière Françoise ont été très utiles pour soigner petites blessures ou intervenir lors de difficultés plus importantes de coureurs.

Les coureurs et marcheurs ont décidés de venir en Equateur pour effectuer cette course de 5 jours, mais c’est aussi pour découvrir un pays qu’ils n’auraient pas forcément découvert autrement. C’est pourquoi les deux guides présents tout au long du séjour ont apportés leurs connaissances et leur savoir sur ce pays. Un grand merci à Alain Logeais et à Luis Mashqui qui ont permis au voyageurs d’avoir un très bel aperçu du pays en peu de temps. Leur aide lors des jours de courses à été précieuse. Je crois que tout les coureurs ou marcheurs ont appréciés leurs compagnie. Un grand merci à eux.

Sans oublier nos deux chauffeurs Pablo et Rafael qui ont toujours eu le sourire durant toute la durée du séjour.

Pour finir je voudrais remercier les locaux qui nous ont aidés, en commençant par Manuel de la communauté de San Clemente. Il nous a aidé pour les deux premiers jours de courses, il était membre intégral du staff, merci à lui.

En Amazonie de nombreuses aides ont été nécessaires. Higinio à été un membre actif de l’organisation en débroussaillant les parcours qui traversaient la forêt et organisant la sécurité avec les pompiers du village. Eux aussi ont été d’une grande aide et ont eu une très grande réactivité sur les étapes en Amazonie. Sans oublier les proches (famille ou coureurs) d’Higinio qui ont été d’une grande aide sur ces deux étapes en Amazonie.

Je voudrais terminer en félicitant tout les coureurs et marcheurs de cette édition, tant par leur exploit sportif que par leur bonne humeur qui a rendu le séjour très agréable !!!

Bravo, merci à tous, et à l’année prochaine !!!

More from Gildas Grouazel

Immersion en Amazonie primaire – Réserve du Cuyabeno –

Et c'est parti pour une nouvelle aventure en Amazonie primaire, endroit que...
Lire plus ...